Recyclable et recyclé

Beaucoup de personnes ont tendance à confondre les mots « recyclable » et « recyclé ». Pourtant, bien que partageant une racine commune, ces deux termes ne répondent pas à la même définition. Cet article va être l’occasion de bien les distinguer, une fois pour toutes.

Qu’est-ce qu’un matériau recyclable ?

Qui dit recyclage dit réintroduction, après traitement, dans la production d’un nouveau produit. Un matériau recyclable doit donc, notamment, répondre à cette exigence. De nos jours, la plupart des matériaux sont recyclables, à l’instar de :

  • l’acier ;
  • l’aluminium ;
  • le carton ;
  • le papier ;
  • le plastique ;
  • le polystyrène ;
  • le verre.

Ceux-ci proviennent de déchets ménagers et peuvent rejoindre des filières de recyclage spécifiques. Il existe également des filières réservées aux autres déchets, industriels ou issus des déchetteries, qui peuvent comprendre le bois, les pneumatiques, les déchets verts, les textiles…

Quelles règles pour qu’un matériau soit recyclable ?

L’éco-organisme Citeo a publié un guide des règles de recyclabilité afin de les comprendre. En effet, qu’un matériau soit intrinsèquement recyclable ne suffit pas. Il doit également répondre à un certain nombre de paramètres spécifiques.

Le matériau considéré peut être associé à un autre matériau dans un produit ou un emballage. Les deux peuvent même être intrinsèquement recyclables. Toutefois, s’ils appartiennent à des filières de recyclage différentes, seul l’élément principal sera effectivement recyclable. 

C’est par exemple le cas d’une étiquette papier enroulée autour d’une bouteille en plastique. Seule cette dernière pourra intégrer un processus de recyclage.

Par ailleurs, certains matériaux doivent répondre à des critères précis. C’est le cas du papier, du carton, du verre et du plastique. Pour commencer, le papier et le carton doivent être composés majoritairement de matériaux fibreux. Dans le cas contraire, ils ne seront pas recyclables.

Concernant le verre, certaines restrictions empêchent sa recyclabilité complète. Il s’agit par exemple de types de verres spécifiques, tels que le cristal ou la céramique, qui ne sont pas recyclables.

Le cas des plastiques est plus complexe, car ils doivent avant tout être catégorisés en fonction de leur composition. Il y a les plastiques souples d’un côté, puis les plastiques rigides, lesquels sont séparés en trois catégories : PET, PE/PP et autres. Les critères concernant les plastiques souples ou rigides sont relativement complexes. Le guide de Citeo en expose les détails. Selon ces critères précis, le plastique sera recyclable ou non. En tout état de cause, un plastique rigide qui n’appartient pas aux familles PET, PE ou PP n’est pas recyclable.

Comment reconnaître un matériau recyclable ?

Plusieurs logos existent en fonction du matériau. Si l’un d’entre eux est présent sur le produit ou l’emballage, alors il peut être recyclé :

  •  : concerne l’acier ;
  •  : concerne l’aluminium ;
  •  : le logo Triman est apposé sur les emballages recyclables qui peuvent être triés en tant que tel ;
  •  : le ruban de Moebius sans chiffre à l’intérieur indique que le matériau est recyclable.

Il ne faut pas les confondre avec les logos « Point vert », « Eco-Folio » ou « Citeo » qui indiquent uniquement que le producteur de cet emballage a versé sa contribution écologique à un éco-organisme.

Quelle est la différence avec un matériau recyclé ?

Dès lors, il est aisé de comprendre la différence entre un matériau recyclable et un matériau recyclé. Le premier possède un ensemble de caractéristiques lui permettant d’intégrer, théoriquement, une filière de recyclage existante. Le second a effectivement rejoint une telle filière et a pu être transformé en vue d’une intégration dans un nouveau produit.

Pourquoi tous les matériaux recyclables ne sont-ils pas recyclés ?

En effet, tous les matériaux recyclables ne sont pas recyclés. Pourquoi ? D’une part parce que le tri n’est pas effectué par l’ensemble de la population. D’autre part, quand bien même le tri serait réalisé, des erreurs peuvent parfois conduire à des « refus de tri ». Cela signifie qu’une benne contenant des produits non recyclables ne rejoint pas la filière de recyclage mais celle des ordures ménagères.

Les chiffres du recyclage en France en 2018, fournis par Citeo, illustrent bien cet écart. Si 88 % des Français trient seuls 48 % d’entre eux le font systématiquement. En découlent des taux de recyclage par matériau qui peuvent encore grandement être améliorés :

  • 44 % pour l’aluminium ;
  • 68 % pour les papiers et cartons, à détailler entre les briques alimentaires pour près de 53 % et les autres papiers/cartons pour 69 % ;
  • la performance pour le plastique est mauvaise, à moins de 27 %, se répartissant entre 58 % des bouteilles et flacons en plastique souple recyclées et à 4 % pour les autres plastiques ;
  • près de 87 % pour le verre.

Cas des plastiques : les raisons de l’écart important entre recyclable et recyclé

Il est important de noter, pour le plastique, que ces chiffres peuvent s’expliquer. En effet, les consignes de tri actuelles concernant les plastiques sont floues. Beaucoup de Français hésitent entre les plastiques à trier et ceux à jeter dans la poubelle d’ordures ménagères. De ce fait, en cas de mauvais choix, si du plastique non recyclable arrive dans la filière de recyclage, la benne sera éliminée. D’un autre point de vue, s’il est recyclable mais atterrit avec les ordures ménagères, il ne sera pas recyclé non plus.

Pour pallier cette problématique, une extension des consignes de tri concernant le plastique est testée depuis quelques années. Aujourd’hui, environ 24 millions de Français sont concernés. Pour les autres, l’objectif est de pouvoir envoyer la totalité des plastiques dans les filières de recyclage d’ici la fin de l’année 2022. Nul doute que ceci permettra d’accroître substantiellement les performances de tri et donc le taux de recyclage pour ce matériau.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à télécharger notre Livre Blanc sur la Réforme de l’Économie Circulaire et à découvrir la politique de gestion des déchets de Flexico.