Mais au fait, c’est quoi l’histoire des plastiques ?

Le plastique est un matériau recyclable, hautement exploité par l’industrie, pour sa résistance, sa durabilité, sa légèreté et son faible coût. Pouvant avoir de nombreuses fonctionnalités, il est aujourd’hui communément utilisé, mais depuis quand ?

De l’emploi des matières naturelles élastiques au premier polymère, l’histoire du plastique s’étend sur plusieurs dizaines de siècles. Découvrez quelles sont ses origines et qui ont été ses inventeurs successifs.

Le plastique c’est quoi ?

Avant de remonter aux origines du plastique, revenons sur la définition de ce matériau si répandu. Issu du terme latin plasticus, qui lui-même provient du grec ancien plastikós (« relatif au modelage »), le mot tel qu’employé aujourd’hui désigne un polymère, c’est-à-dire un assemblage de molécules constituant un matériau entièrement synthétique.

Les caractéristiques de l’assemblage différencient les types de plastique que l’on peut trouver de nos jours, certains d’entre eux étant recyclables : le polyéthylène (le plus répandu, souvent utilisé pour les emballages), le polychlorure de vinyle (connu comme PVC) ou encore le polypropylène (dont sont notamment faits nombre de récipients alimentaires), pour en citer quelques-uns.

Mais on peut retrouver certaines des propriétés que l’on attribue au plastique industriel dans des matériaux d’origine naturelle, dont l’utilisation remonte à beaucoup plus loin !

Les matériaux naturels aux propriétés élastiques à l’origine des plastiques

Si l’invention du plastique de synthèse remonte au milieu du XIXe siècle, l’utilisation de matières naturelles aux propriétés élastiques, elle, est beaucoup plus ancienne.

Ainsi, le latex était déjà utilisé en Amérique du Sud 1600 ans av. J.-C. ! Cette sève malléable issue de l’arbre Castilla elastica était employée pour fabriquer des balles ou des figurines, par un processus de séparation de l’eau et de solidification.

Ce caoutchouc naturel, utilisé notamment par les Aztèques, sera découvert par les colons d’Amérique au XVe siècle, et permettra aussi de fabriquer bouteilles, bottes et autres objets du quotidien. Par sa résistance et sa durabilité, il s’imposera comme une solution évidente pour pallier les inconvénients —tels que la fragilité ou le poids — des matériaux traditionnels comme le bois ou le métal.

Il faut ensuite faire un saut de quelques siècles pour voir les prémices du plastique tel qu’on le connaît aujourd’hui apparaître, après plusieurs décennies passées à travailler le caoutchouc.

La Parkésine ou celluloïd, genèse du plastique

 Le milieu du XIXe siècle voit apparaître une série d’innovations qui donneront vie au plastique.

L’ivoire, couramment employé, se fait de plus en plus rare et cher : il devient alors nécessaire de le remplacer par une matière moins coûteuse. C’est en 1856 que le premier plastique, à base d’acide nitrique, d’éthanol et de cellulose, voit le jour, dans le laboratoire d’Alexander Parkes, chimiste britannique. Ce matériau innovant est nommé Parkésine, ce qui correspond aujourd’hui au celluloïd.

Cette première invention permettant d’économiser les ressources de la nature sera ensuite revendiquée par les frères Hyatt, scientifiques américains, qui chercheront un matériau remplaçant l’ivoire pour la fabrication des boules de billard. Mais la justice déclarera Clarkes comme le véritable inventeur.

De la découverte à la production industrielle du PVC

Quelques années après l’apparition de la Parkésine, le procédé est amélioré pour donner vie à la Galalithe, plastique conçu à partir de la caséine, dont la méthode de fabrication est améliorée au début du XXe siècle.

En parallèle, le polychlorure de vinyle (connu comme PVC) est découvert par hasard, en 1835 par le Français Henri Victor Regnault puis en 1872 par l’Allemand Eugen Baumann. Le polymère apparaît, solidifié, dans des bouteilles de chlorure de vinyle après exposition à la lumière du soleil. Mais la reproduction du procédé n’est consolidée que quelques décennies plus tard, et sa production industrielle lancée dans les années 30, notamment par la société Union Carbide en 1933.

La bakélite, premier pas de l’ère de l’industrialisation du plastique

 Après la découverte du PVC, c’est la Bakélite qui fait son apparition, du nom de son inventeur, le chimiste belge Leo Hendrik Baekland, en 1907. Fabriqué à base de formaldéhyde et de phénol (composés issus du pétrole), c’est le premier « vrai » plastique, 100% synthétique.

La brillante innovation devient le premier plastique produit à grande échelle, même si la commercialisation massive de ce matériau révolutionnaire n’arrivera qu’à l’après-guerre.

Le polystyrène, produit par la société allemande I.G. Farben, et le nylon, développé par l’équipe de chercheurs de Carothers s’imposeront également rapidement comme les plastiques figurant sur le devant de la scène industrielle.

Si de nombreux plastiques de synthèse ont été mis sur le marché depuis, les tendances vont vers un retour au naturel, avec l’invention de plastiques à base de matière végétale, biodégradables et compostables.

Pour en savoir plus sur la politique de gestion des déchets de Flexico, rendez-vous sur la page Flexico, un acteur éco-responsable. Pour aller plus loin sur ce sujet, découvrez notre Livre Blanc sur la Réforme de l’Économie circulaire !

,