Que faire pour augmenter les taux de recyclage en Europe ?

Si le taux de recyclage des déchets plastique varie beaucoup entre les pays, on estime que la part moyenne, pour l’Union européenne, est aujourd’hui d’environ 31%. La France, quant à elle, reste sur le banc des mauvais élèves, en en recyclant seulement 22%.

Si la Directive européenne emballage de 1994 imposait un taux de recyclage des emballages de 22,5%, de nouvelles mesures prises plus récemment pourraient bien faire évoluer les choses rapidement.  

Outre la réduction des emballages plastique mis en décharge, de nombreuses solutions pourraient par ailleurs permettre d’augmenter les taux de recyclage du plastique en Europe. Amélioration de la collecte des déchets recyclables ou encore innovation : zoom sur les mesures qui pourraient vite changer la donne.

 

Viser le zéro plastique en décharge

 

C’est l’objectif qu’a exprimé le Parlement européen lors de la première modification de la directive 94/62/CE sur la gestion de déchets du 14 mars 2017. De nouveaux ajustements ont été votés le 30 mai 2018, donnant naissance à la directive UE/2018/852.

Les objectifs aujourd’hui confirmés ?

  • D’ici le 31 décembre 2025, 65% des déchets d’emballage et 50% des emballages plastique devront être recyclés. 
  • D’ici le 31 décembre 2030 ce sont 70% des déchets d’emballage et 55% des emballages plastique qui devront l’être.

 

Pour atteindre ces objectifs, la mesure engage les États membres à s’assurer que des régimes de responsabilité des producteurs soient mis en place. Ceci concerne la collecte, la redirection puis le réemploi ou recyclage des emballages.

La directive, qui s’applique depuis le 4 juillet 2018, doit entrer en vigueur dans les États membres d’ici le 5 juillet 2020.

 Saviez-vous que supprimer la mise en décharge des déchets recyclables permettrait de recycler 5 milliards de tonnes de plastique supplémentaires ? L’initiative boosterait également l’emploi, puisqu’on estime qu’elle générerait 30 000 postes dans le tri, le recyclage et la valorisation énergétique.

L’hexagone est encore plus ambitieux puisque le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé en juillet 2017 l’objectif de recycler 100% des déchets en plastique et de diviser par deux les déchets mis en décharge en 2025. Si les résultats ciblés sont considérés comme inatteignables par certains spécialistes, ils dépendent en grande partie de la volonté des industriels d’incorporer la matière recyclée à leur production. Le cas du groupe Roxane peut notamment être cité comme cas d’école, ses bouteilles d’eau Cristaline étant composées de plastique recyclé.

 

Améliorer le tri et la collecte des emballages, et investir en innovation

 

Afin d’améliorer le taux de recyclage, il est primordial d’optimiser le circuit de tri et de collecte :

  • En facilitant le tri dans les foyers, en donnant accès à tous à des bacs de tri pour tous les emballages. On estime par exemple que seulement 15 millions de Français peuvent trier les emballages, mais que cette part atteindra les 100% en 2022.
  • En permettant à chacun de pouvoir trier partout et à tout moment, c’est-à-dire dans les rues et les espaces publics. Différents organismes accompagnent les collectivités des différents États membres dans l’optimisation de leurs dispositifs de tri (visibilité, codes couleur, accessibilité, etc.).
  •  Délivrer des consignes de tri claires sur les emballages. C’est l’objectif que sert l’info-tri, ensemble de logos et d’instructions mis à disposition des entreprises réunissant les critères d’éligibilité

 

En parallèle de l’amélioration des conditions de tri et de collecte, il est essentiel d’investir en innovation afin de pouvoir recycler l’ensemble des plastiques. Nous pouvons citer l’exemple de Total, Citeo, Saint-Gobain et Syndifrais (le syndicat national des fabricants de produits laitiers frais), qui œuvrent pour la création d’une filière de recyclage du polystyrène en France.

De nombreux chercheurs travaillent par ailleurs sur le recyclage chimique. Cette méthode qui casse les molécules et transforme les polymères en monomères pour recomposer des matières vierges permettrait de recycler les plastiques aujourd’hui non recyclables. À Strasbourg, le fabricant de produits d’isolation pour bâtiment Soprema a lancé en juillet dernier son unité de recyclage chimique qui convertira les déchets plastique en polyols. Ce sont les composants de base de la mousse polyuréthane, utilisée dans les panneaux d’isolation. Une success-story qui donne bon espoir quant à l’optimisation du taux de recyclage.

,

Pour en savoir plus sur la politique de gestion des déchets de Flexico, rendez-vous sur la page Flexico, un acteur éco-responsable. Pour aller plus loin sur ce sujet, découvrez notre Livre Blanc sur la Réforme de l’Économie circulaire !