L’emballage joue un rôle clé dans la préservation, la protection et la manutention du produit. Aujourd’hui, face à des exigences de plus en plus fortes en termes d’hygiène et de sécurité, de réduction d’impacts environnementaux ou encore de praticité émanant des consommateurs, l’emballage, au même titre que le produit contenu, cristallise toutes les attentions.

Quels sont les différents types d’emballages existants ? Quel emballage sera le plus adapté à un produit en particulier ? Dans cet article, 3 questions incontournables à se poser pour comprendre les différentes fonctions de l’emballage !

1) Quelle est la fonction de l’emballage ?

L’emballage répond aux besoins de protection, de conditionnement et de transport du produit.

L’emballage peut être formé d’un ou plusieurs composants et revêtir différentes formes (souples, rigides, etc.). Il assure différentes fonctions ; conditionnement, transport et protection ; et répond à des besoins déterminés par le produit qu’il contient. L’emballage alimentaire est particulièrement sensible dans la mesure où les produits sont par nature périssables et doit, en ce sens, garantir une sécurité maximale des denrées contenues. L’emballage alimentaire s’adapte spécifiquement à la nature du produit contenu et à sa forme, garantissant ainsi une protection contre les éventuels risques extérieurs de détérioration.

On distingue 4 grands types d’emballages : l’emballage primaire, secondaire, d’expédition et de transport.

L’emballage primaire est en contact direct avec le produit. Son rôle est de contenir le produit et de le protéger de toute contamination extérieure. L’emballage, par sa proximité directe avec le produit, doit obligatoirement répondre à des exigences spécifiques en termes de sécurité sanitaire, notamment concernant les produis alimentaires. Il est la première barrière de protection du produit.

L’emballage secondaire vient quant à lui protéger l’emballage primaire. Il est utilisé pour protéger une « unité de vente ». L’emballage secondaire facilite le transport, l’acheminement des produits et leur mise en rayon.

L’emballage secondaire remplit aussi un rôle d’information auprès du consommateur en communicant sur les caractéristiques du produit, les procédés de fabrication et l’origine des composants dans le but de répondre aux attentes des utilisateurs de plus en plus soucieux des procédés de fabrication et de conditionnement des produits qu’ils achètent.

L’emballage d’expédition permet de sécuriser le produit durant le transport. Il regroupe plusieurs emballages secondaires, généralement conditionnés sur des palettes de transports.
Grâce à l’emballage d’expédition, la manutention d’un volume important d’emballages secondaires est facilitée tout en maintenant un certain niveau de protection des produits.

L’emballage de transport est uniquement destiné au transport des produits pré-emballés. Les unités d’expédition, protégées par les emballages dédiés, sont ainsi transportées grâce à un système de palettes réutilisables. En bois ou en plastiques, ces palettes permettent de transporter, de stocker et d’entreposer de grandes quantités de produits, qu’on qualifie également d’unités d’expédition.

 2) Quel type d’emballage pour quel produit ?

Tout d’abord, il est nécessaire de prendre en considération la nature du produit, ses caractéristiques physiques et ses conditions de détérioration pour choisir un emballage approprié. Puis, dans un second temps, on s’intéressera aux conditions d’utilisation de l’emballage et à son cycle de vie pour déterminer le design ou les matériaux les mieux adaptés.

Quand l’emballage est au service du produit

Un emballage apporte des propriétés barrières qui sont plus ou moins efficaces en fonction de la nature du produit. Par exemple, un produit solide ne requiert pas les mêmes besoins en herméticité qu’un produit liquide ou gazeux. Dans un autre registre, un produit de valeur est à l’abri des regards indiscrets dans un emballage opaque et un produit sensible aux chocs, en verre par exemple, a besoin d’un emballage qui limite les risques de casse.

En ce qui concerne les caractéristiques physiques, l’emballage est à définir en fonction du poids du produit et de la quantité prévue par unité de vente pour assurer une solidité suffisante. Dans le cas d’un produit tranchant, l’emballage doit être suffisamment épais pour résister aux manipulations du produit.

Enfin, en termes de détérioration, l’emballage sert à prolonger la durée de vie du produit. Si par exemple, le produit est sensible aux rayons UV qui accélèrent son vieillissement, ou s’il a tendance à se charger en électricité statique, l’emballage va contribuer à limiter les effets détériorant en incluant un filtre anti-UV ou antistatique.

Quand l’emballage est au service de l’utilisateur

L’emballage est également au service de l’utilisateur, qu’il soit aussi bien fabricant, vendeur, ou consommateur.

En termes de manutention et de stockage, l’emballage permet de faciliter la prise en main du produit, l’empilage et le stockage en intérieur ou en extérieur pour des durées courtes ou prolongées. Il peut faciliter la mise en rayon quand ses caractéristiques sont étudiées pour faciliter le réassort en magasin ou quand il est défini de manière à s’adapter aux présentoirs. C’est le cas par exemple d’un emballage avec un crochet intégré qui permet de suspendre le produit.

De plus, l’emballage sert à protéger les personnes d’un produit dangereux. C’est le cas par exemple d’un produit toxique par inhalation ou au toucher. L’emballage remplit ainsi un rôle de protection pour les personnes manipulant le produit.

Enfin, l’emballage se met au service du consommateur quand il vise des exigences de recyclabilité pour répondre aux attentes de protection de l’environnement.

3) Quel emballage pour mettre en avant mon produit ?

L’emballage, en plus de protéger le produit, joue également un rôle de valorisation. Il met en avant certaines des caractéristiques clés du produit pour favoriser l’acte d’achat. Il fait partie intégrante de la stratégie de communication de l’entreprise et participe directement à la différenciation et à l’identification de la marque par les consommateurs. Il peut même devenir un atout commercial lorsqu’il ajoute une fonction supplémentaire à la protection du produit.

Quand l’emballage est au service de la marque

Communication : les textes imprimés sur l’emballage présentent le produit, permettent d’identifier la marque et véhiculent des messages qui peuvent pousser à l’achat en valorisant les caractéristiques uniques du produit.

Attractivité : les couleurs et la texture de l’emballage contribuent à mettre en valeur le produit en créant une attractivité visuelle ou tactile. C’est le cas par exemple d’un emballage finition « satinée » qui fait vivre au consommateur une sensation agréable au toucher et finit de le convaincre d’acheter.
La forme de l’emballage sert également à augmenter l’attractivité visuelle et améliorer la présentation en rayon d’un produit comme c’est le cas avec un sachet plastique à fond cartonné qui peut être installé en position debout sur les étagères en magasin.

Argument de vente : l’emballage devient un atout commercial quand il remplit une autre fonction interprétée par le consommateur comme un argument de vente supplémentaire. Par exemple, dans le cas de produits cosmétiques format « voyage » vendus dans une trousse plastique transparente refermable, l’emballage en plus de protéger les produits, va aussi faciliter leur présentation aux contrôles de sécurité à l’aéroport. L’emballage devient clé dans le conditionnement du produit en plus de le protéger efficacement.

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents emballages et leurs propriétés ? Retrouvez nos différentes solutions de sacherie ou contactez nos services ! Pour aller plus loin, découvrez le Guide de l’emballage sur la thématique de la Sacherie.

Guide de l’emballage