L’emballage représente 45% des 4,8 millions de tonnes de plastiques consommées en France (source ELIPSO, Eurostat)

L’emballage est le secteur qui consomme le plus de plastique en France. Son impact environnemental avéré impose de mettre en place des axes d’amélioration pour trouver l’équilibre entre un avenir durable et un mode de consommation adapté aux modes de vie contemporains. L’emballage répond à des besoins clés tels que l’augmentation de la durée de vie des aliments, la préservation des produits et le respect des mesures d’hygiène, notamment en raison du nomadisme et des habitudes actuelles des consommateurs. Il est donc nécessaire de l’adapter aux exigences de l’éco-citoyen pour en faire l’allier des générations futures. Dans cet article, découvrez comment l’emballage peut répondre aux exigences des éco-citoyens !

1. Le recyclage : une réponse qui séduit les clients éco-concernés

Mettre sur le marché plus de matériaux recyclables

Le recyclage est de plus en plus intégré à la gestion des déchets ménagers avec 3,3 millions de tonnes de déchets recyclées en 2016 sur 4,9 millions de tonnes mises sur le marché. Le plastique représente environ 2,2 millions de tonnes de déchets ménagers et industriels mais seulement 25,4% des emballages plastiques sont recyclés (source ELIPSO, Eurostat, chiffres 2016). Pour augmenter la part d’emballages plastiques recyclables, il faut tout simplement augmenter l’utilisation de plastiques déjà recyclables tels que le PE (polyéthylène) et le PP (polypropylène) dans la confection des emballages. Le PE constitue également une alternative aux emballages plus complexes qui nécessitent des propriétés barrières pour préserver les aliments lorsqu’il est structuré en couches multiples. Enfin, favoriser l’utilisation d’emballages en papier quand cela n’a pas d’impact sur la qualité de stockage du produit emballé peut également représenter une solution efficace de packaging facilement recyclable.

Continuer à sensibiliser les consommateurs

Le recyclage offre de belles perspectives pour la réduction des déchets quand il est appliqué avec assiduité. Cependant, face au nombre de matériaux différents mis sur le marché, les différents sigles et la classification des plastiques, le consommateur se retrouve facilement perdu et noyé sous les informations. Pour répondre aux exigences de l’éco-citoyen, il est important de continuer à sensibiliser le consommateur en lui proposant une communication claire sur les emballages à recycler sans qu’il n’ait à aller chercher les informations par lui-même. Les experts du sujet s’accordent sur la nécessité de responsabiliser le consommateur face au recyclage, mais pour ce faire, il faut également faciliter la diffusion des informations de telle sorte que le recyclage ne soit pas un effort supplémentaire à fournir mais s’inscrive naturellement dans le mode de vie de tout un chacun.

2. Les emballages mieux adaptés sont plébiscités par les éco-citoyens

Modifier la composition des emballages

L’impact environnemental d’un emballage ne se limite pas uniquement au matériau qui le constitue. En effet, l’emballage est également composé d’encres d’impression et de colle. Certaines encres et colles sont polluantes, toxiques et produisent des résidus. C’est le cas des encres très colorées ou métallisées, des surlaques d’adhérence et des colles acryliques, adhésives ou auto-adhésives. Pour répondre aux exigences de l’éco-citoyen, il faut favoriser la conception d’emballages constitués de colles lavables qui ne produisent pas de dégorgement dans les eaux de lavage, telles que les encres et les colles à base d’eau ou encore végétales.

Réduire les emballages

Pour mettre en valeur un produit, faciliter le stockage, informer le consommateur ou diminuer les coûts de production, il est courant de voir l’utilisation de plusieurs emballages différents. C’est le cas par exemple d’un produit comestible enveloppé tout d’abord dans un emballage en aluminium pour préserver ses arômes puis recouvert d’un emballage en carton, imprimé, pour présenter le produit. On parle alors de suremballage. Réduire le nombre d’emballages est une approche environnementalement durable puisqu’elle diminue les coûts liés à la fabrication des suremballages ainsi que les coûts liés au traitement des déchets, produits en plus faible quantité. Proposer des emballages simplifiés ; dans des matériaux qui offrent déjà des propriétés barrières intéressantes et dont la marque et les informations de composition sont directement imprimées sur l’emballage ; représente une solution efficace pour réduire leur quantité.

3. Développer des solutions durables pour répondre aux exigences des consommateurs soucieux de préserver l’environnement

Favoriser l’éco-conception

L’éco-conception, c’est le fait de considérer l’impact environnemental d’un emballage avant-même sa mise en fabrication et de développer des alternatives qui limiteront les conséquences négatives sur l’environnement tout au long de la durée de vie de l’emballage. Comme le veut l’adage, « prévenir, c’est guérir » et c’est en responsabilisant la fabrication des emballages dès leur conception que l’on pourra apporter des solutions concrètes aux exigences de l’éco-citoyen.

Mettre en place l’extension des consignes de tri

En 2016, 68% des emballages ménagers ont été recyclés dont seulement un quart environ des emballages plastiques. D’après le site ecoemballages.fr, le tri des emballages en plastique est limité par le dispositif de tri mis en place il y a 25 ans. Prendre des mesures pour doubler le taux de recyclage des emballages plastiques grâce à la mise en place de nouveaux dispositifs modernes et mieux adaptés au recyclage du plastique permettra de répondre aux attentes des citoyens concernés par l’environnement.

Au regard de la nécessité des emballages dans la vie de tous les jours, les modifications du comportement de consommation doivent être spécifiquement adaptées : diminuer les emballages quand ils ne sont pas nécessaires, utiliser des composants recyclables et non toxiques, évaluer l’impact environnemental d’un emballage dès sa conception, augmenter les consignes de tri mais également favoriser la recherche et le développement pour trouver des alternatives durables.

Récemment, des sacs en bioplastiques sont arrivés sur le marché (plastiques à base de plantes). Même s’ils ne constituent pas à eux seuls une réponse définitive aux problèmes environnementaux, ils manifestent la volonté de mettre la recherche au service du développement de solutions qui répondent aux exigences des consommateurs pour proposer des alternatives durables.

Pour en savoir plus, je vous invite à pré-commander notre Guide de l’emballage, bientôt disponible.

Guide de l’emballage

Chef de produit sacherie